Free eBooks Library

Your last ebook:

You dont read ebooks at this site.

Total ebooks on site: 11000

You can read and download its for free!

Browse ebook by author: A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z 

Text on one page: Few Medium Many
Il prit pour son héros ce
même Roland qui avait été celui de tant d'autres; mais il choisit une
époque qui était encore, à peu de chose près, reléguée dans les romans
en prose, et que la poésie burlesque, comme nous le verrons dans la
suite, avait seule jusqu'alors essayé de traiter; c'est l'époque de la
naissance, de l'enfance de Roland et de ses premiers exploits. _Le Prime
imprese d'Orlando_[845], tel est son titre; mais il prend les choses de
haut, et commence les premières entreprises, ou les premiers exploits de
Roland par les amours de Milon son père avec Berthe, sœur de
Charlemagne.

[Note 844: _Sacripante Paladino, Venezia_, 1536, in-4º., _canti_ X,
_ibidem_, 1604.]

[Note 845: _Canti_ XXV, _Venezia_, 1572, in-4º.]

Il faut nous rappeler ici des faits déjà séparés de nous par bien des
fictions poétiques et des aventures romanesques[846]; le brave chevalier
Milon d'Anglante, aimé de la jeune Berthe, l'enlevant d'une tour où
l'empereur son frère l'avait enfermée, fuyant avec elle en Italie
jusqu'à Sutri; les deux époux réfugiés dans une caverne, où Berthe
accouche de Roland; cet enfant, destiné à tant de gloire, donnant au
sein de la misère où il est plongé, des preuves d'un courage et d'une
force extraordinaires, osant, quand la faim le presse, enlever de quoi
la satisfaire à la table même de l'empereur, reconnu enfin par
Charlemagne, qui se réconcilie avec Berthe sa sœur, et ramène en France
la mère et le fils. Cette action qui est le sujet du dernier livre des
_Reali di Francia_[847], forme en quelque sorte l'avant-scène de celle
du poëme de Louis _Dolce_. Il est en vingt-cinq chants, et elle en
remplit les quatre premiers.

[Note 846: Voyez ci dessus, chap. IV, p. 169 et suiv.]

[Note 847: _Ub supr._]

Dans les suivants, l'auteur a réuni avec assez d'adresse aux aventures
de Milon, père de Roland, celles de Roger, père de ce jeune héros qui
paraît avec tant d'éclat dans le poëme de l'Arioste. Garnier, frère
d'Agolant roi d'Afrique, dont Charlemagne a tué le père dans une de ses
guerres d'Espagne, vient attaquer l'Italie. Charles envoie contre lui
des troupes commandées par Milon, qu'il a rappelé de son exil. Garnier
est vaincu et tué. Agolant rassemble une armée formidable pour venger à
la fois son frère et son père. Il se fait précéder par son fils Almont,
qui vient assiéger dans Risa le brave Roger. Il le défie en combat
singulier. Roger l'abat, dédaigne de le tuer, et refuse même de le faire
prisonnier. Galacielle, sœur guerrière d'Almont, veut prendre la
revanche de son frère. Roger l'abat de même; et comme elle était aussi
belle que brave, au lieu de la refuser pour prisonnière, il l'emmène
dans sa ville, en devient amoureux; elle de lui; elle se fait
chrétienne, il l'épouse.

Cependant le siége continue. Roger avait un frère nommé Bertrand, aussi
lâche et aussi traître qu'il était brave et loyal. Ce Bertrand devient
éperduement épris de Galacielle sa belle-sœur. Il cherche à la séduire,
tandis que Roger est sorti de Risa pour une partie de chasse. Repoussé
par elle, il livre, pour se venger, la ville aux assiégants. Roger et
Galacielle surpris pendant la nuit, tentent vainement de se défendre.
Roger est tué par Almont, et Galacielle enceinte est mise dans les fers.
Almont veut renvoyer sa sœur en Afrique: il la fait embarquer; mais
lorsqu'elle est en pleine mer, elle saisit des armes, attaque à
l'improviste les matelots, tue les uns, jette les autres à la mer, et
restée seule, aborde sur une plage inconnue: elle y est à peine qu'elle
met au jour un garçon et une fille, et meurt dans les douleurs de
l'enfantement. C'est là que le magicien Atlan trouva et recueillit le
frère et la sœur, qui furent Roger et Marfise, comme on l'a vu dans le
_Roland furieux_[848].

[Note 848: Ci-dessus, p. 444.]

Agolant passe enfin en Italie avec son armée. Charlemagne y envoie
contre lui de nouvelles troupes. Milon rétablit les affaires, et
remporte plusieurs victoires sur les Africains. L'empereur se rend
lui-même à Rome. La guerre devient plus terrible. Almont tue dans un
combat le brave Milon.

Charlemagne en veut tirer vengeance; il cherche Almont, le rencontre,
l'attaque. Le jeune Roland survient sans armes. Il avait quitté la
France, où Charles le croyait encore. Il cherchait partout son père: il
apprend sa mort, il trouve l'empereur aux mains avec son meurtrier;
c'est à lui de venger un père; il saisit une moitié de lance armée de
fer, et avec cette arme seule attaque intrépidement Almont et le tue.
Charlemagne, enchanté de cet exploit, arme Roland chevalier, et lui
donne l'épée Durandal, le casque magique et les autres armes que portait
Almont. Roland ainsi armé continue de faire des choses admirables.
Agolant est tué dans une bataille, mais par un autre guerrier que
Roland. Trojan, fils d'Agolant, part d'Afrique avec une nouvelle armée,
pour venger son père, comme Agolant en était parti pour venger le sien;
et il a le même succès. Roland est envoyé contre lui et le tue de sa
main.

Ce coup finit la guerre. Dans les fêtes qui se donnent alors à la cour
de Charlemagne, Roland devient amoureux d'Alde-la-Belle, sœur du marquis
Olivier. Les exploits qu'il fait pour lui plaire, les obstacles qui
traversent son amour, les victoires qu'il remporte sur ses rivaux,
remplissent les derniers chants du poëme, et l'union des deux amants le
termine[849].

[Note 849: Aux dix dernières octaves près, qui sont remplies par un
complot des Mayençais contre Renaud. Ils se mettent en embuscade sur son
chemin; il les combat, malgré leur nombre, et les tue tous jusqu'au
dernier.]

L'action, comme on voit, en est triple, ou plutôt divisée en trois
parties qui se succèdent, et qui embrassent au moins l'espace de
vingt-cinq ans. Mais un des priviléges du roman épique est de n'être
soumis à aucune limite, ni de temps, ni de lieu; et ici le poëte en a
usé librement. Du reste, le bonheur de cette fable de Charlemagne et de
Roland ne s'est point démenti entre ses mains. Sa narration est claire
et assez vive, son style médiocre mais naturel, ses caractères
passablement soutenus. Les formes sont à peu près les mêmes que dans les
autres romans épiques. A la fin de tous les chants, le poëte renvoie le
lecteur au chant suivant pour la suite de l'aventure; il les commence
tous par une maxime, qu'il tire le mieux qu'il peut de son sujet; mais
on voit qu'il manque d'essor et d'haleine pour se livrer à des
digressions aimables, il est pressé de reprendre son récit, et une
demi-octave, ou tout au plus une octave entière lui suffit pour y
revenir. De temps en temps, selon la coutume constante de ses
devanciers, il invoque l'autorité plus que suspecte du bon archevêque
Turpin, qui est à la fois un de ses personnages et le prétendu auteur de
son histoire[850]; mais tout cela comme pour obéir à un usage établi, et
d'un ton si peu plaisant qu'il vaudrait peut-être mieux qu'il y eût été
moins docile. Quelques épisodes répandus dans l'action du poëme ne
manquent pas d'intérêt et y mettent de la variété; il y en a dans les
événements; et la lecture de cet ouvrage, nécessaire pour compléter les
aventures et la vie du fameux comte d'Angers, n'est pas dépourvue
d'agrément. Peut-être le _Dolce_ l'écrivit-il moins précipitamment que
ses autres poëmes et le soigna-t-il davantage. Ce fut l'occupation de
ses dernières années, peut-être la consolation de ses souffrances; et
les _Prime imprese d'Orlando_ ne furent publiées que quelques années
après sa mort[851].

[Note 850: Il dit dans son dixième chant, st. 48:

_Il buon e saggio vescovo Turpino
quale è autor de l'Istoria presente;_

et ailleurs, en parlant des armes du roi sarrazin Almont:

_Ch'erano fatte per industria ed opra,
Come scrive Turpin, già di Vulcano._
(C. IX, st. 63.)]

[Note 851: La première édition parut en 1572, et il était mort
trois, ou même six ans auparavant. Voyez ci-dessus, p. 532.]

Il avait voulu donner, en quelque sorte, un commencement aux deux
_Roland_ du _Bojardo_ et de l'Arioste; un autre poëte osa vouloir donner
une suite au _Roland furieux_ et faire pour ce poëme ce que l'Arioste
avait fait pour celui du _Bojardo_. L'entreprise était hardie, et le
poëte, quoiqu'il ne fût pas sans talent, n'était pas de force à pouvoir
la soutenir. _Vincenzo Brusantini_ ou _Brugiantini_ était un gentilhomme
de Ferrare, d'un esprit bizarre et capricieux. Après avoir inutilement
tenté fortune à Rome, il y parla plus indiscrètement et plus haut qu'il
n'était permis sur certaines matières, fut mis en prison, en sortit plus
pauvre qu'auparavant, et parcourut ensuite l'Italie, réussissant auprès
de tous les princes, mais perdant toujours, par son humeur fantasque et
par ses imprudences, les occasions de corriger son sort, que lui
procuraient sa vivacité d'esprit et ses talents. Il se retira enfin dans
sa patrie, sous la protection du duc Hercule II, à qui il dédia son
poëme; et il y mourut d'une maladie pestilentielle, vers l'an 1570[852].
Le titre de ce poëme est _Angelica innamorata_[853]; le sujet est la
mort de Roger, tramée par les intrigues de la coupable maison de
Mayence, et la vengeance que sa fidèle Bradamante et Marfise sa sœur,
tirent de Ganelon son meurtrier[854]. La continuation de la guerre entre
Marfise et les Sarrasins d'Espagne d'une part, Charlemagne et ses
paladins de l'autre, est toujours le grand fond sur lequel cette action
particulière est placée. _Angélique amoureuse_ n'est pas seulement ici
le principal épisode, comme _Roland furieux_ dans le poëme de l'Arioste;
même après la mort de Roger, ses aventures continuent et ne se terminent
qu'avec le poëme. On ne peut dire pourtant qu'elle en soit l'héroïne; ce
noble titre lui conviendrait mal, pour des causes que l'on va voir.

[Note 852: _Mazzuchelli, Script. d'Ital._, tom. II, part. IV, p.
2235. On a du même poëte un autre ouvrage encore moins heureux que son
_Angélique_; c'est le _Décaméron_ de Boccace mis tout entier en vers:
_Le cento Novelle di Vincenzo Brusantini dette in ottava rima_, Venezia,
1554, in-4º.]

[Note 853: _Venezia_, 1550, 1553, in-4º.]

[Note 854:

_Voi qui l'acerba morte empia e crudele
Vedrete di Ruggier saggio e cortese,
E che di ciò cagion fu la infedele
E scelerata stirpe maganzese;
Poi come la consorte sua fedele
Cercollo con Marphisa in stran paese,
E la vendetta che da giusta mano
Fatta nel sangue fu de l'empio Gano._ (C.



Pages: | Prev | | 1 | | 2 | | 3 | | 4 | | 5 | | 6 | | 7 | | 8 | | 9 | | 10 | | 11 | | 12 | | 13 | | 14 | | 15 | | 16 | | 17 | | 18 | | 19 | | 20 | | 21 | | 22 | | 23 | | 24 | | 25 | | 26 | | 27 | | 28 | | 29 | | 30 | | 31 | | 32 | | 33 | | 34 | | 35 | | 36 | | 37 | | 38 | | 39 | | 40 | | 41 | | 42 | | 43 | | 44 | | 45 | | 46 | | 47 | | 48 | | 49 | | 50 | | 51 | | 52 | | 53 | | 54 | | 55 | | 56 | | 57 | | 58 | | 59 | | 60 | | 61 | | 62 | | 63 | | 64 | | 65 | | 66 | | 67 | | 68 | | 69 | | 70 | | 71 | | 72 | | 73 | | 74 | | 75 | | 76 | | 77 | | 78 | | 79 | | 80 | | 81 | | 82 | | 83 | | 84 | | Next |

Document authentication. Birth certificate apostille, state-of-texas-apostille.